Saison 2007 de l’équipe cycliste féminine T-Mobile

La saison 2007 de l’équipe T-mobile est la sixième de l’équipe. Si Bob Stapleton continue à gérer la T-Mobile et que les groupes féminins et masculins restent proches, Kristy Scrymgeour devient la gérante de la structure féminine. L’équipe est fortement renouvelée à cause des départs à la retraite. Oenone Wood, vainqueur des coupes du monde 2004 et 2005, rejoint l’équipe. Avec Arndt et Teutenberg, elles forment une équipe compétitives pour la coupe du monde. L’équipe finit la compétition à la troisième place, tout comme Teutenberg. Au classement UCI, l’équipe est première, Arndt prenant la troisième place. L’équipe montre une bonne régularité et dix coureuses sur onze sont classés par l’UCI. Au niveau des grands tours, l’équipe participe pour la première fois au Tour d’Italie féminin et y remporte trois étapes, performance également renouvelée sur le Tour de l’Aude.

L’équipe est sponsorisée par T-mobile. Le matériel est de marque Giant.

Le camp d’entraînement a lieu à Lugano en octobre 2006. Comme l’année précédente, la présentation de l’équipe a lieu communément avec l’équipe masculine en janvier à Majorque et est combinée à stage d’entraînement.

En 2007, l’équipe se renouvelle à 75%. Conservant ses leaders Arndt et Teutenberg, ainsi qu’Anderson, toutes les autres coureuses sont renouvelées. Le recrutement se porte sur des coureuses ayant de l’expérience. Il doit rendre l’équipe compétitives sur des terrains plus variés. Trois nouvelles viennent de l’équipe Nürnberger Versicherung : Kate Bates, Anke Wichmann et Oenone Wood. Cette dernière a remporté les coupes du monde 2004 et 2005, et retrouve Judith Arndt dont elle était coéquipière en 2005. Les autres recrues sont l’Australienne Alex Rhodes, les Néerlandaises Chantal Beltman et Suzanne de Goede, la Danoise Linda Villumsen, la Suédoise Emilia Fahlin.

Ce grand nombre de renouvellements est dû à une vague de départ à retraite comme Kimberly Bruckner et Mari Holden qui étaient présentes depuis la formation de l’équipe en 2003.

Les objectifs restent similaires à l’année précédente : remporter autant de courses que possible et briller en coupe du monde. L’équipe souhaite également promouvoir le cyclisme féminin en général.

L’encadrement est renouvelé en 2007. Si Bob Stapleton reste à la tête de la structure professionnelle, il doit également s’occuper des hommes. Kristy Scrymgeour, une ancienne professionnelle australienne, s’occupe plus spécifiquement des femmes. Au poste de directeur sportif, la championne australienne Anna Wilson vient remplacer Andrzej Bek en fonction depuis 2005. Membres de l’encadrement:

La saison débute au Tour de Geelong, sur la première étape contre-la-montre, Judith Arndt est quatrième. Ina-Yoko Teutenberg s’impose sur la deuxième et la troisième étapes au sprint. Oenone Wood est également deuxième de cette dernière étape. Sur l’ultime étape, Kate Bates est cinquième. Au classement général, Judith Arndt est troisième, Ina-Yoko Teutenberg quatrième. Sur la première manche de la coupe du monde : le Geelong World Cup, Oenone Wood suit Nicole Cooke et Nikki Egyed dans la dernière difficulté, mais termine deuxième du sprint derrière la Galloise. Ina-Yoko Teutenberg gagne le sprint du peloton. Sur le Tour de Nouvelle-Zélande qui suit, l’équipe fait carton plein : elle remporte toutes les étapes, à une exception, et le classement général par l’intermédiaire de Judith Arnt. Dans le détail, Oenone Wood gagne deux étapes, Ina-Yoko Teutenberg deux également et Judith Arnt une.

Sur le Tour des Flandres, Suzanne de Goede est la première de l’équipe à la vingt-huitième place dans le groupe sprintant pour la septième place. Le Tour de Drenthe est un autre motif de déception pour l’équipe qui n’a pas réussi à s’imposer. Ina-Yoko Teutenberg est malgré tout quatrième, Suzanne de Goede cinquième. Sur la Flèche wallonne, Judith Arndt est troisième derrière Marianne Vos et Nicole Cooke dans le sprint en côté à Huy.

En mai, à la Gracia Orlova, Judith Arndt s’impose sur la deuxième et troisième étape qui est un contre-la-montre. Elle est également quatrième de l’étape suivante. Elle remporte le classement final. Au Tour de Berne, Oenone Wood est battue par Marianne Vos pour le sprint pour la deuxième place derrière Edita Pučinskaitė après que l’équipe ait contrôler la course.

Au Tour de l’Aude voit Ina-Yoko Teutenberg battue au sprint lors de la première étape par Marianne Vos. La T-Mobile remporte le contre-la-montre par équipe de la deuxième étape, Judith Arndt devient la porteuse du maillot de leader. Sur la quatrième étape, elle termine à la deuxième place du sprint du peloton. La cinquième étape est montagneuse, Arndt s’y classe quatrième et conserve sa première place au classement général. Sur l’étape suivante, Linda Villumsen part en échappée avec cinq autres coureuses. Dans le final, elle part avec Joanne Kiesanowski, qu’elle bat au sprint pour s’imposer. La septième étape se termine par un nouveau sprint, où Judith Arndt est deuxième derrière Marianne Vos. Sur l’étape 8a, Susanne Ljungskog s’échappe au début de l’étape et est suivie par Arndt et Trixi Worrack, la membre de l’équipe T-Mobile se montre la plus rapide et lève les bras. Elle parvient cependant pas à suivre la Suédoise et Worrack sur l’étape 8b, la première prenant le maillot de leader. Le lendemain, Ina-Yoko Teutenberg gagne le sprint du peloton. Au classement final, Judith Arndt est troisième.

La Coupe du Monde Cycliste Féminine de Montréal donne lieu a une course très décousue, où Judith Arnt finit troisième derrière le duo Fabiana Luperini-Mara Abbott, malgré une chute durant la course. Oenone Wood est sixième. Le Tour du Grand Montréal se dispute peu après. Oenone Wood est deuxième de la première et de la deuxième étape derrière Regina Schleicher. Le court contre-la-montre de la troisième étape permet à Judith Arndt de s’imposer. Oenone Wood gagne l’étape suivante qui est un critérium. La dernière étape montant le Mont-Royal est également remportée par Oenone Wood qui gagne en même temps le classement général du tour tritan plastic water bottle. Katherine Bates y est troisième, Judith Arndt quatrième.

Suzanne de Goede gagne le 9 juin le Omloop Door Middag-Humsterland devant Marianne Vos. Le lendemain, Ina-Yoko Teutenberg s’impose sur la Liberty Classic où l’équipe se montre dominatrice.

Sur le RaboSter Zeeuwsche Eilanden, Ina-Yoko Teutenberg gagne au sprint la dernière étape très venteuse mais ne parvient pas à empêcher Marianne Vos de gagner le classement général. Plus tôt dans la course, elle s’était échappée avec Chantal Beltman dans un gros groupe de tête, mais se font rattraper. À vingt-cinq kilomètres de l’arrivée Suzanne de Goede et Loes Gunnewijk avaient également tenté leur chance. Ina-Yoko Teutenberg est cinquième du classement général.

Au championnat d’Allemagne sur route, Judith Arndt est battue en contre-la-montre par Hanka Kupfernagel et Charlotte Becker. Sur route, Luise Keller s’impose seule en échappée. Judith Arndt est cinquième. Au Danemark, Linda Villumsen, tenante du titre, ne défend pas son titre.

Le Tour d’Italie s’élance le 6 juillet de Crocetta del Montello. Oenone Wood termine troisième de la deuxième étape au sprint. Sur le contre-la-montre en côte de la troisième étape, Judith Arndt finit sixième. Le lendemain, Ina-Yoko Teutenberg s’impose au sprint. La cinquième étape est difficile, Judith Arndt y prend de nouveau la sixième place. Sur l’étape suivante, elle s’impose avec quelque mètres d’avance sur Giorgia Bronzini. Ina-Yoko Teutenberg remporte la septième étape au sprint. Lors de la dernière étape, Chantal Beltman part en échappée et termine cinquième. Au classement général final, Judith Arndt est septième.

Mi-juillet, Linda Villumsen gagne le Championnats d’Europe de cyclisme espoirs.

Le vingtième Tour de Thuringe féminin débute par un court contre-la-montre par équipe dans lequel la T-Mobile termine à la troisième place. Sur la deuxième étape, Oenone Wood est troisième. Lors de l’étape suivante, elle prend en poursuite Emma Pooley seule et finit l’étape avec une avance de deux minutes sur le peloton, la britannique franchissant la ligne cinq minutes avant lui. L’étape reine du lendemain voit les adversaires d’Emma Pooley mener rapidement une course de mouvement. Rapidement un groupe composé de douze des meilleures coureures, dont la leader, se détache. Dans le final, Judith Arndt, accompagnée d’Amber Neben et Noemi Cantele, se détache pour gagner au sprint avec plus de six minutes d’avance sur les poursuivantes. L’Allemand devient par la même occasion leader du classement général. La sixième étape est un contre-la-montre dans lequel Amber Neben gagne du temps sur Judith Arndt et prend la tête au classement général. Judith Arndt est deuxième de la demi-étape suivante mais ne reprend que peu de temps. La dernière étape est donc le théâtre d’une âpre bataille entre les deux coureuses. Au jeu des bonifications, Judith Arndt s’impose finalement dans le même temps que l’Américaine.

Le mois de juillet est donc très bon pour l’équipe : cela lui permet d’occuper la première place du classement mondial.

Début août, l’équipe domine l’Open de Suède Vårgårda. À cinquante kilomètres de l’arrivée, Chantal Beltman et Karin Thürig sortent du peloton dans une ascension. Vers la fin de l’épreuve, Beltman attaque et coupe la ligne avec trente deux secondes d’avance sur son ancienne compagnon d’échappée.

Le Trophée d’Or se déroule en six étapes. Oenone Wood est troisième de la deuxième étape, puis quatrième sur l’étape suivante. Ina-Yoko Teutenberg remporte la quatrième et la cinquième étapes au sprint. Lors de la dernière étape, Oenone Wood est troisième. Au classement général, elle est sixième.

Au Grand Prix de Plouay, aussi bien Judith Arndt que Oenone Wood tentent leur chance en échappée mais se font rattrapées. Dans la côte de Ty Marrec, Chantal Beltman ouvre la voie avant d’être dépassée par Judith Arndt et Noemi Cantele. Elles se font ensuite rejoindre par cinq autres coureuses, dont Oenone Wood. Dans la dernière ascension de la Cote du Lezot, cette dernière attaque et est rejointe par Cantele et Marta Bastianelli, puis par Nicole Cooke. Wood finit quatrième.

Au Boels Ladies Tour, Judith Arndt est deuxième de la première étape derrière Marianne Vos

New York City Football Club Away DAVID VILLA 7 Jerseys

New York City Football Club Away DAVID VILLA 7 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

. Elle remporte ensuite la deuxième étape gagnant le sprint d’un groupe de trois, quinze secondes devant le peloton. Le lendemain, Ina-Yoko Teutenberg est battue au sprint par Kirsten Wild, puis lors de la sixième étape par Regina Schleicher. Lors de la dernière étape, un contre-la-montre, Judith Arndt termine cinquième. Elle est deuxième du Boels Ladies Tour.

La coupe du monde se termine par le Tour de Nuremberg. La course se joue au sprint et Ina-Yoko Teutenberg finit deuxième derrière Marianne Vos. Linda Villumsen chute durant l’épreuve et doit annoncer son forfait pour le championnat du monde. Le Tour de Toscane permet à l’équipe T-Mobile de s’imposer sur le contre-la-montre par équipe inaugural. Sur la deuxième étape (a), Judith Arndt termine deuxième. Oenone Wood est quatrième du sprint dans la demi-étape suivante. Sur la troisième étape, Noemi Cantele s’impose et grappille deux secondes à Judith Arndt quatrième. Cette dernière gagne la cinquième étape avec dans sa roue Noemi Cantele. Lors de la dernière étape, Chantal Beltman qui a un retard de une minute trente-sept au classement général, part en échappée. Elle finit cinquième, mais ne reprend qu’une minute trente-trois et est donc deuxième du classement général, Judith Arndt finit troisième à cinq secondes de Noemi Cantele.

Les championnats du monde ont lieu cette année-là à Stuttgart. Sur l’épreuve du contre-la-montre, seule Oenone Wood est sélectionnée par l’Australie. Sur l’épreuve en ligne, Suzanne De Goede et Chantal Beltman sont sélectionnées par les Pays-Bas tandis que Judith Arndt l’est par l’Allemagne. La première de l’équipe est Oenone Wood à la huitième place.

L’équipe remporte trente-quatre courses UCI sur route. Elle est première dans ce domaine en devançant la DSB Bank qui en gagne vingt-cinq.

L’équipe est principalement active en Amérique du Nord. Les courses qui s’y déroulent ne font généralement pas partie du calendrier UCI malgré une participation et une dotation équivalente. Le tableau suivant résume les victoires d’importance sur le circuit américain, en particulier sur l’USA Cycling National Racing Calendar.

Au classement final Ina-Yoko Teutenberg termine troisième avec 160 points, Oenone Wood cinquième avec 139 points. L’équipe est troisième au total des points.

L’équipe est première au classement UCI. À l’exception d’Alex Rhodes, toutes les coureuses y sont classées.

Viol sous les tropiques

Laura Gemser
Gabriele Tinti
Nieves Navarro

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Viol sous les tropiques (titre donné à sa sortie en France) ou Emanuelle et les derniers cannibales (Emanuelle e gli ultimi cannibali) est un film italien réalisé par Joe D’Amato, sorti en 1977.

Au cours d’un reportage qu’elle effectue dans un asile d’aliénés, une jeune journaliste (Emanuelle) découvre un cas troublant de cannibalisme sur une jeune fille retrouvée dans la forêt amazonienne liter glass water bottle. Elle convainc le jeune ethnologue Marc Lester de monter une expédition tritan plastic water bottle. Se joignent à eux une sœur (Angela), une jeune fille (Isabelle) et un guide indigène. Ils rencontrent un chasseur (Donald Mackenzie) et sa femme Peggy qui recherchent un avion perdu contenant des diamants how to use a jaccard meat tenderizer. La petite troupe est attaquée par les Indiens best water bottles to buy. Angela est dévorée, Donald et Peggy horriblement torturés. Seuls s’échapperont vers la civilisation Emanuelle, Marc et Isabelle.

Allan Spear

Allan Henry Spear (June 24, 1937 – October 11, 2008) was an American politician and educator from Minnesota who served almost thirty years in the Minnesota Senate, including nearly a decade as President of the Senate pink soccer socks youth.

A graduate of Oberlin College (B.A., 1958), he went on to earn an M.A. and a PhD from Yale University (1960 and 1965 respectively). Decades later, Oberlin would also award him an honorary LL.D. He was first elected to the Minnesota Senate in 1972, representing a liberal Minneapolis district centered on the University of Minnesota cute water bottles. He served a total of 28 years in the senate, retiring in 2000. He was President of the Senate from 1992 to 2000.

He served in the Minnesota Senate representing two Senate districts in Minneapolis. From 1972 to 1982, he represented District 57, the southeast part of Minneapolis, including the University of Minnesota main campus. In 1982, he moved to District 59, the southwest part of Minneapolis, (renamed to District 60 after the 1992 redistricting) and was elected Senator from there, and was reelected until his retirement in 2000.

Having come out of the closet on December 9, 1974, he was one of the first openly gay Americans serving in elected office. His coming out drew national attention, being featured in the New York Times amongst others.

Spear was instrumental in passing the 1993 Minnesota Human Rights Act, which guaranteed protection from discrimination in education, employment, and housing to GLBT Minnesotans. He had been working on this for nearly 20 years, and later called it his “proudest legislative achievement.” His personal connections with other Senators during his years in office were important in gaining the votes of Republican colleagues. He gained the public support of the leader of the Senate Republicans, Lutheran minister Dean E. Johnson, who gave a speech supporting the bill on the Senate floor (and was later “censured” by his local Republican party officials, and eventually forced out of the Republican party) travel glass water bottle.

In 2008, as part of Minnesota’s Sesquicentennial celebration, the Minnesota Historical Society named him as one of the 150 people and groups that helped shape the state. Unfortunately Allan Spear died on October 11 tritan plastic water bottle, 2008 from complications following heart surgery earlier that week. He is survived by his partner of 20-plus years, Junjiro Tsuji.

He had partially completed an autobiography (Crossing the Barriers ISBN 9780816670406) at his death; a colleague of his in the Minnesota Senate, John Watson Milton, provided an afterword listing the accomplishments of his later years. This book was published in 2010.

Sabou (gouverneur dans l’Égypte antique)

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Sabou est le nom porté par un gouverneur d’une région ou maire d”une localité à la Ire dynastie.

Son mastaba – référencé S3111 par les égyptologues – a été identifié au nord de Saqqarah dans le grand champ de mastaba qui domine une cuvette dans laquelle de formait l’antique lac d’Abousir. Il était bâti en briques crues et ses faces extérieures étaient agencées en façade de palais, prototype du mur à redans qui sera si usité dans l’architecture funéraire de l’Ancien Empire.

Des empreintes de sceau découvertes dans les vestiges du mastaba, indiquent que Sabou exerça ses fonctions sous l’Horus Adjib. La chambre funéraire a également livré les restes d’un sarcophage en bois qui contenait encore les ossements de Sabou tritan plastic water bottle, inhumé couché sur le côté, comme de coutume pour cette haute époque steel water bottle. Il était accompagné d’un mobilier funéraire dont il ne subsiste essentiellement que les éléments métalliques ou lithiques tels la vaisselle de pierre ou encore d’étonnantes coupes de schiste dont le travail remarquable d’évidement de certaines parties qui semblent simplement repliées, force l’admiration démontrant que dès le début de la période dynastique les artisans égyptiens maîtrisaient parfaitement l’art de la transformation de la pierre.

C’est également dans sa tombe que fut découvert le célèbre “disque de Sabu”, objet fait en schiste en forme de roue de char à la forme suffisamment élaborée pour avoir été qualifiée d’OOPART. Une copie se trouve présentée à Jungfrau Park.

Larry Catá Backer

Larry Catá Backer (born 1 February 1955) is a Cuban-American legal scholar and professor of law and international affairs. He holds a professorship at the Penn State University, and is the W. Richard and Mary Eshelman Faculty Scholar Professor of Law and International Affairs, Penn State Law and , Pennsylvania State University (2001–), Ashgate Publishing Globalization Law & Policy Series editor (2010–), and the executive director of the Washington-based NGO (2006–).

A prominent comparative corporate and international law scholar and a leading researcher in constitutional law, Professor Backer is a member of the American Law Institute and the European Corporate Governance Institute. He has served as a grant peer reviewer for the The Hague Institute for the Internationalisation of Law in the Netherlands, Social Sciences and Humanities Research Council of Canada, and others.

Backer was born in Cuba and moved to Miami, FL at an early age after the Cuban Revolution of 1959. Backer was educated at Columbia University School of Law (JD 1982), Harvard University, John F. Kennedy School of Government (MPP 1979) and Brandeis University (BA in history 1977).

After law school and a clerkship with Judge Leonard I. Garth (U.S. Court of Appeals for the Third Circuit) Backer was in private practice in Los Angeles, California. Backer joined the Penn State Law faculty in 2000, after having served as professor of law and executive director of the Center for International and Comparative Law of the University of Tulsa College of Law. He has visited at the Tulane Law School (2007–2008) and the University of California, Hastings College of the Law (1998). Professor Backer has lectured and taught on public and private law aspects of globalization in a number of countries in Latin America, Asia and Europe. He founded and sponsors the Penn State Latina/o Law Students Association.

In 2006, Backer founded the , an independent, non-profit, non-partisan, tax-exempt research and information focused organization based in Washington, D.C. As part of its research mission, CPE sponsors research oriented working papers, preliminary scientific or technical paper. The authors of these working papers have released them to share ideas about a topic or to elicit feedback before submitting to a peer reviewed conference or academic journal glass bpa free water bottles. These working papers are preliminary versions that are being shared to a broad research community, with the aim of contributing to scholarly debate and soliciting constructive feedback.

Backer is also a member of the American Law Institute and the European Corporate Governance Institute. He served as the chair of the Penn State University Faculty Senate for 2012–2013.

For his work on transnational constitutionalism, Backer has argued that after World War II, transnational constitutionalism embraced universal human rights as the core feature that emerged with the introduction of post-conflict German and Japanese constitutions. He also has examined the emergence of theocratic constitutionalism starting from the Iranian 1979 constitution. Backer argues that constitutionalism is the legal process in which each state harmonizes with international norms and laws. Backer is well known for his works on Chinese Constitutionalism. According to Backer, China is evolving towards a “single party constitutionalist state ”that is grounded in its unique form of “party-state constitutionalism.” Backer argued that the Chinese constitutionalist state differs from the Western model in that the CCP plays a central role in the Chinese constitutional order custom youth football pants. In order to articulate his conception of the Chinese “single-party constitutionalist state” as a new model of constitutionalist governance, Backer delineated the history for the Chinese state-party system that began from Mao Zedong, and was subsequently improved and strengthened through the works of Deng Xiaoping, Jiang Zemin, and Hu Jintao. Backer acknowledged that Mao Zedong Thought has had a profound impact on the shaping of China’s constitutionalist system, especially in regard to the idea of the Party’s role as an outsider. “The CCP was not merely a vanguard party, but for a long time a revolutionary party. Even after the end of the civil war, the CCP continued to think of itself as outside the apparatus.” Therefore, in terms of the relationship between the CCP and the state, there was a lengthy process of internalization where the Party as an outsider became internalized into the state through its Mass Line.

Backer has also written extensively on the imposition of binding human rights norms on multinational corporations, where “the norms internationalize and adopt an enterprise liability model as the basis for determining the scope of liability for groups of related companies. This approach…eliminates one of the greatest complaints about globalization through large webs of interconnected but legally independent corporations forming one large enterprise.” Backer is also known for his work on the Sovereign Wealth Funds (SWFs), where he suggested that states have deployed their private global investments (SWFs) as instruments for public global governance.

Gods Over Constitution: Transnational Constitutionalism in the 21st century (Surry, Eng.: Ashgate Publishing, forthcoming 2013) ISBN 978-0-7546-7859-5.

Lawyers Making Meaning: The Semiotics of Law in Legal Education II (Dordrecht: Springer, 2012) (with Jan M. Broekman). ISBN 978-9400754577.

Harmonizing Law in an Era of Globalization: Convergence, Divergence, Resistance (Durham, N.C.: Carolina Academic Press, 2007) ISBN 0-89089-585-6 (editor and contributor).

Comparative Corporate Law: United States, European Union, China and Japan (Durham, N.C.: Carolina Academic Press, 2002) ISBN 0-89089-526-0; LCCN 2001088034.

Multinational Corporations, Transnational Law: The United Nation’s Norms on the Responsibilities of Transnational Corporations as Harbinger of Corporate Responsibility in International Law Columbia Human Rights Law Review, Vol. 37, 2005

Sovereign Wealth Funds as Regulatory Chameleons: The Norwegian Sovereign Wealth Funds and Public Global Governance Through Private Global Investment Georgetown Journal of International Law, Vol. 41, No. 2, 2009

The Rule of Law, the Chinese Communist Party running belts for gels, and Ideological Campaigns: Sange Daibiao (the ‘Three Represents’), Socialist Rule of Law, and Modern Chinese Constitutionalism Journal of Transnational Law and Contemporary Problems, Vol. 16, No. 1 tritan plastic water bottle, 2006

Multinational Corporations as Objects and Sources of Transnational Regulation ILSA Journal of International & Comparative Law, Vol. 14, No. 2, 2008

The Private Law of Public Law: Public Authorities as Shareholders, Golden Shares, Sovereign Wealth Funds, and the Public Law Element in Private Choice of Law Tulane Law Review, Vol. 82, No. 1, 2008