Malaysische Basketballnationalmannschaft

Die malaysische Basketballnationalmannschaft repräsentiert Malaysia bei Basketball-Länderspielen der Herren. Größter Erfolg der malaysischen Nationalmannschaft war die Basketball-Weltmeisterschaft 1986, an der Malaysia anstelle des amtierenden Asienmeisters Philippinen teilnehmen durfte meat tenderizer attachment. Dort belegte Malaysia der 24. Platz bei 24 teilnehmenden Mannschaften. Als regelmäßiger Teilnehmer der Basketball-Asienmeisterschaften konnte Malaysia bisher noch keine Medaille bei den kontinentalen Meisterschaften erringen. Die besten Platzierungen waren zwei vierte Plätze 1977 und 1985.

Afghanistan | Bahrain | Bangladesch | Bhutan | Brunei | China | Hongkong | Indien | Indonesien | Irak | Iran | Japan | Jemen | Jordanien | Kambodscha | Kasachstan | Katar | Kirgisistan | Kuwait&nbsp hydration belt philippines;| Laos | Libanon | Macao | Malaysia | Malediven | Mongolei | Myanmar | Nepal | Nordkorea | Oman | Pakistan | Palästina | Philippinen | Saudi-Arabien | Singapur | Südkorea | Syrien | Tadschikistan | Taiwan | Thailand | Turkmenistan | Usbekistan | Vereinigte Arabische Emirate | Vietnam |

Basketballnationalmannschaft der: FIBA Afrika | FIBA Amerika | FIBA Asien | FIBA Europa | FIBA Ozeanien

2017–18 SK Slavia Prague season

The 2017–18 season is SK Slavia Prague’s 25th season in the Czech First League. The team is competing in Czech First League football officials uniform, the Czech Cup, and the UEFA Champions League.

The season is Jaroslav Šilhavý’s second in charge of the club after signing from FK Dukla Prague in the autumn of 2016.

Note: Flags indicate national team as defined under FIFA eligibility rules. Players may hold more than one non-FIFA nationality.

Last updated: 4 October 2017.
Source:[citation needed]

Last updated: 4 October 2017.
Source:[citation needed]
Ground: A = Away reusable glass water bottles; H = Home. Result: D = Draw; L = Loss; W = Win; P = Postponed.

As a result of losing the play-off round, SK Slavia Prague was moved to the group stage of the Europa League.

Arborfield Public School

Arborfield School is a school in Arborfield, Saskatchewan. Located in north east Saskatchewan, Arborfield School is a part of the North East School Division #200.

On October 13, 1910 the community settlers in the area met and formed the Arborfield School District No. 2785. The first school board borrowed $1000.00 to build the first school in 1911. Many more schools were built and added to the area until March 10, 1930 when a group of local citizens held a meeting to request the formation of another school district. On April 11, 1930 the Department of Education informed the group that the Treasure School District No. 4864 had been erected.

A few years later the name “Treasure” was changed to Arborfield. This was the result of a switching of name titles between two existing school districts – the former “Arborfield” School District (located South of the town) then took the name of “Treasure”. The first two-room school was built in the school’s present location in 1930-31. A fire destroyed the original structure in 1947 glass camelbak water bottle. In 1948 a new six-room school was built.

In 1950, Arborfield S.D. became part of the Tisdale School Unit No. 53. There were many rooms added throughout the years until 1965 when the south/west wing was added – which is now utilized as for secondary school instruction. The 1980s saw other additions such as the building of a gymnasium and shower rooms, introduction of a computer lab and an Industrial Arts Shop.

In 2010 the school consists of 7 classrooms for Kindergarten to Grade 12, Industrial Arts Shop, Home Ec. Room, science Lab, gymnasium, tuc shop, Pre-school room, weight room, library, Windows and Linux computer labs among other multiuse and utility rooms. The school is now included within the North East School Division.

Currently the school has eight teachers employed, 3 Educational Assistances toffs football shirts, 1 librarian/admin. Assistant how to make homemade meat tenderizer, 1 Technology Associate, 2 custodians, 1 noon hour supervisor, 3 bus drivers. Online instruction comes from 8 different teachers in 6 different schools within the division. Some of these classes are synchronous while others are delivered asynchronously. There is also a School Community Council which supports all school-related activities. 2010 enrollment = 85 Students.

The school offers various organized extra-curricular activities for the students.

Activities the students can participate in include – Drama and dinner theatre, Elementary Christmas concert, Christmas Dinner with community seniors, delivering meals on wheels, SRC, newsletter committee, yearbook, yoga, tuc shop, Science fair, Arts festival, noon-hour intramurals, high school curling bonspiel, elementary skating and winter festival. Commercial music instruction is also delivered at the school throughout the year.

The school also organizes off-site educational excursions such as – swimming, downhill skiing, camping, Batoche and career days.

School spirit activities include – target practice, spirit week, elementary winter festival, SRC carnival, awards day, earth day, Kindergarten graduation and Grade 12 Graduation.

Extra-curricular activities information taken from .

Its sports teams go by the name Arborfield Blues with a mascot of the wolf. Sports teams consist of – volleyball, badminton, curling, cross country running, track and field. Minor ball, Softball and Baseball, hockey and figure skating are offered as community organized sports.

Stromzwischenkreisumrichter

Als Stromzwischenkreisumrichter, in Kurzform auch I-Umrichter genannt, (engl.: Current Source Inverter, kurz CSI) bezeichnet man einen Umrichter, der mit einem eingeprägten Wechselstrom (klassischer Drehstrom) aus dem speisenden Netz betrieben wird. Dieser Strom wird in einer Induktivität (Drossel) zwischengespeichert. Stromzwischenkreisumrichter werden vor allem zum Betrieb von großen Elektromotoren eingesetzt, da sie mit relativ preiswerten Bauteilen (Leistungshalbleitern) eine Rückspeisung von Energie in das Netz erlauben. Eine typische Anwendung sind zum Beispiel Zentrifugen, bei denen durch gewollte Drehzahländerungen (Abbremsvorgänge) der antreibende Motor zum Generator wird. Das Bremsen erlaubt dann die Stromrückspeisung ins Netz statt der Energievernichtung über Bremswiderstände. In Europa gibt es nur noch einen Hersteller von Stromzwischenkreisumrichtern im Leistungsbereich bis 6000 kW für Spannungen bis 950 V AC curtain fabric.

Auch Anlagen der Hochspannungs-Gleichstrom-Übertragung sind überwiegend Stromzwischenkreisumrichter stainless steel in water. Hier werden Umrichter mit Leistungen bis über 6400 MW realisiert steel water glass.

Eine alternative Technik stellt der Spannungszwischenkreisumrichter dar.

Konstantinas Sirvydas

Konstantinas Sirvydas (rarely referred as Konstantinas Širvydas; Latin: Constantinus Szyrwid; Polish: Konstanty Szyrwid) 1579 – 8 August 1631) was a Lithuanian religious preacher, lexicographer and one of the pioneers of Lithuanian literature from the Grand Duchy of Lithuania, at the time a confederal part of the Polish-Lithuanian Commonwealth. He was a Jesuit priest, a professor at the Academia Vilnensis and the author of, among other works, the first grammar of the Lithuanian language and the first tri-lingual dictionary in Lithuanian, Latin and Polish (1619). Famous for his eloquence, Sirvydas spent 10 years of his life preaching sermons at St running wrist pouch. John’s church in Vilnius (twice a day – once in Lithuanian, and once in Polish).

He was born in Lithuania some time between 1578 and 1581, in the village of Širvydai near Anykščiai. In 1612, he became a professor of theology at the Academia Vilnensis, the predecessor of Vilnius University. Between 1623 and 1624, he also briefly served as the deputy rector of his alma mater, after which he continued as a professor in theology, liberal arts and philosophy.

At the same time, he began his career as a preacher, writer and scientist. First edition before 1620 – fifth in 1713, he published his tri-lingual Polish-Lithuanian-Latin dictionary Dictionarium trium linguarum in usum studiosae juventutis, one of the first such books in Lithuanian literary history. It has been printed in at least five editions since that time. First and later editions slightly differed. Editions Until the 19th century, it was the only Lithuanian dictionary in print. Sirvydas’ lexicon is often mentioned as a milestone in the standardization and codification of the Lithuanian language. The first edition contained approximately 6000 words, the second was expanded to include almost 11,000 words. It also had a lot of newly created Lithuanian words – for example mokytojas (teacher), taisyklė (rule), kokybė (quality).

A decade later, in 1629, he published the first volume of a collection of his sermons entitled Punktai Sakymų, and he later translated them into the Polish language as Punkty kazań water bottle jogging. The Lithuanian version of this work was often used as a primer to teach the Lithuanian language. However, it was not until 1644, that the second volume was finally published. Around 1630, he compiled the first book of grammar of the Lithuanian language (Lietuvių kalbos raktas – Key to the Lithuanian Language), which however did not survive to our times. He died from tuberculosis on August 8, 1631 in Vilnius.

Saison 2013 de l’équipe cycliste FDJ.fr

La saison 2013 de l’équipe cycliste FDJ.fr est la dix-septième de l’équipe dirigée par Marc Madiot. En tant qu’équipe World Tour, l’équipe participe à l’ensemble du calendrier de l’UCI World Tour, du Tour Down Under en janvier au Tour de Pékin en octobre. Parallèlement au World Tour, FDJ.fr peut participer aux courses des circuits continentaux de cyclisme.

Commençant la saison sous le nom de FDJ, l’équipe française prend le nom de FDJ.fr en cours de saison. Les principaux coureurs de cette formation sont Thibaut Pinot ainsi que les sprinteurs Arnaud Démare et Nacer Bouhanni.

L’équipe est victorieuse à trente-trois reprises sur le World Tour et deux circuits continentaux mais elle rate son Tour de France. Dix-septième du classement mondial par équipes de l’Union cycliste internationale (UCI), la formation française voit son meilleur représentant, Thibaut Pinot, occuper la trente-troisième place du classement individuel.

Depuis sa création en 1997, l’équipe appartient à la Française des jeux, entreprise publique française de jeux de loterie et de paris sportifs, via une filiale, la Société de Gestion de l’Échappée. L’entité est dirigée depuis ses débuts par Marc Madiot. La Française des jeux, qui renouvelle son partenariat à plusieurs reprises, décide en juin 2010 de s’engager jusqu’à la fin de l’année 2014. Une fois la saison 2013 terminée, ce partenariat est étendu jusqu’en fin d’année 2016. Le budget de l’équipe pour l’année 2013 est de 10 millions d’euros.

Les cycles Lapierre, fournisseurs de l’équipe cette saison, sont partenaires de la formation française depuis 2002. Début 2013, la marque b’Twin devient pour deux ans le partenaire textile de la structure française.

Dès l’ouverture des transferts le 1er août 2012, l’arrivée de Laurent Pichon (Bretagne-Schuller) dans l’équipe FDJ est annoncée. Quinze jours plus tard, Laurent Mangel (Saur-Sojasun) rejoint la formation française. Quelques jours plus tard, Murilo Fischer, en provenance de Garmin-Sharp, et Alexandre Geniez, d’Argos-Shimano, s’engagent à leur tour. En septembre, Johan Le Bon, coéquipier de Laurent Pichon en 2012, le suit officiellement chez FDJ. Le Bon est accompagné par Émilien Viennet, stagiaire en 2012 dans l’équipe, qui signe là son premier contrat professionnel.

Dans le même temps, six coureurs quittent la formation française. Yauheni Hutarovich, qui partageait le rôle de sprinteur avec les Français Arnaud Démare et Nacer Bouhanni, quitte FDJ-BigMat pour rejoindre AG2R La Mondiale où il retrouve Steve Chainel, deux transferts annoncés en août 2012. Le transfert de Rémi Pauriol dans l’équipe Sojasun est également annoncé en août. En septembre, Arnaud Gérard s’engage dans l’équipe Bretagne-Séché Environnement tandis que Gabriel Rasch rejoint Sky, un mois après s’être annoncé dans l’équipe IAM. Enfin, Frédéric Guesdon dispute lors de Paris-Roubaix 2012 la dernière course de sa carrière. Sous contrat avec FDJ-BigMat jusqu’au 31 juillet 2012, Guesdon entame en 2013 une carrière de directeur sportif dans l’équipe FDJ.

FDJ reçoit en décembre 2012 sa licence World Tour, ce qui lui donne obligation de participer à l’ensemble des courses de l’UCI World Tour. Marc Madiot, dirigeant de la formation, déclare à propos des objectifs de la saison : « On a une équipe capable de jouer sur tous les terrains, toute la saison ». Pour cela, il compte sur la jeunesse de son effectif et particulièrement Thibaut Pinot, Arnaud Démare, Nacer Bouhanni et Yoann Offredo.

Sur les courses à étapes, la structure française compte sur Thibaut Pinot notamment pour être le leader sur le Tour de France. Pinot déclare viser une place parmi les dix premiers. Il est également attendu sur des courses à étapes d’une semaine. Arnold Jeannesson doit mener FDJ lors du Tour d’Italie. Sandy Casar essaie de son côté de disputer et de terminer les trois grands tours de la saison.

Arnaud Démare et Nacer Bouhanni sont les chances de victoire de FDJ lors des arrivées au sprint et ils ont chacun un programme spécifique de courses à disputer. Concernant les classiques, l’équipe enregistre le retour de suspension de Yoann Offredo, son leader sur ce type d’épreuves. Visant principalement les classiques flandriennes, Offredo sera secondé sur ces courses par Matthieu Ladagnous. Arnaud Démare y est également attendu.

Le premier coureur de l’équipe FDJ à remporter une victoire lors de la saison 2013 est le cyclo-crossman français Francis Mourey. Après s’être imposé le 2 janvier dans le cyclo-cross de Bussnang, il gagne ensuite le championnat de France de la discipline devant son coéquipier Arnold Jeannesson. Cette septième victoire dans l’épreuve permet à Mourey d’égaler le record de victoires dans la course, détenu conjointement avec Eugène Christophe, Roger Rondeaux et André Dufraisse. Jeannesson devance Mourey deux semaines plus tard lors du cyclo-cross du Mingant à Lanarvily. Au début du mois de février, Mourey est onzième du championnat du monde de cyclo-cross après avoir mené le début de l’épreuve.

Sur route, la saison commence en janvier par la deuxième place d’Arnaud Démare derrière André Greipel (Lotto-Belisol) lors de la première étape du Tour Down Under. Cette place, ainsi que la dixième au classement général de Jussi Veikkanen, permettent à la formation FDJ d’inscrire ses premiers points World Tour de la saison. Dans le même temps, Anthony Roux est quatrième du Grand Prix d’ouverture La Marseillaise. La semaine suivante, Roux termine troisième de l’Étoile de Bessèges après en avoir remporté le contre-la-montre, une étape où quatre coureurs FDJ figurent dans les cinq premiers. Lors du Tour méditerranéen, deux coureurs de l’équipe finissent dans les 10 premiers : Alexandre Geniez neuvième, et Arthur Vichot, dixième.

Le 16 février, sur le Tour d’Oman, Nacer Bouhanni gagne au sprint la dernière étape, Kenny Elissonde est lui huitième du classement général et meilleur jeune, grâce à sa sixième place lors de la quatrième étape qui arrive au sommet de la montagne Verte. Le même jour, Anthony Roux est sixième du Trofeo Laigueglia et Arthur Vichot troisième de la première étape du Tour du Haut-Var. Le lendemain, Vichot, deuxième de la seconde étape, est à égalité de temps au classement général avec les Néerlandais de la formation Blanco Lars Boom et Laurens ten Dam. Vichot est déclaré vainqueur en raison de meilleures places obtenues sur les deux étapes.

Les classiques flandriennes commencent à la fin du mois. Tenant du titre, Arnaud Démare est victime d’une crevaison à quelques kilomètres de l’arrivée du Samyn et ne peut être en mesure de défendre ses chances à l’arrivée pour conserver son titre.

FDJ entame mars par la cinquième place de Johan Le Bon lors des Trois jours de Flandre-Occidentale. Le même jour, Geoffrey Soupe commence Paris-Nice par une cinquième place sur le prologue, à deux secondes du vainqueur, Damien Gaudin (Europcar). Le lendemain, Nacer Bouhanni gagne la première étape au sprint et devient leader de la « course au soleil ». Il chute durant la deuxième étape et doit abandonner l’épreuve. Touché aux dents et à une côte, cette chute le prive de Milan-San Remo. Le premier coureur de l’équipe au classement final est Arnold Jeannesson, treizième.

Le 16 mars, Laurent Pichon est troisième de la Classic Loire-Atlantique. Le lendemain, Francis Mourey est cinquième de Cholet-Pays de Loire pendant que Yoann Offredo se classe dix-neuvième de Milan-San Remo. Le 24 mars, Thibaut Pinot est huitième du Tour de Catalogne, Matthieu Ladagnous sixième de Gand-Wevelgem et Pierrick Fédrigo huitième du Critérium international. La semaine suivante, lors des Trois jours de La Panne, Arnaud Démare obtient deux places d’honneur lors de sprints et prend la tête de l’épreuve durant une étape. Johan Le Bon termine quatrième du classement général. Cette semaine se termine par la cinquième place de Matthieu Ladagnous au Tour des Flandres et la victoire de Nacer Bouhanni devant Bryan Coquard (Europcar) à la Val d’Ille Classic. Bouhanni devance à nouveau Coquard trois jours plus tard lors de la deuxième étape du Circuit de la Sarthe, course marquée également par la victoire de Francis Mourey dans la dernière étape. Attendue sur Paris-Roubaix, l’équipe voit ses deux chefs de file, Offredo et Ladagnous, abandonner à la suite de deux chutes. Johan Le Bon est le meilleur représentant de l’équipe à l’arrivée en terminant vingt-sixième.

Entre le 9 et le 14 avril, l’équipe remporte trois des quatre courses de Coupe de France au programme. Tout d’abord, Pierrick Fédrigo gagne Paris-Camembert. Deux jours plus tard, Arnaud Démare gagne au sprint le Grand Prix de Denain, Nacer Bouhanni étant troisième avant que Francis Mourey s’impose sur le Tro Bro Leon le 14 devant deux coéquipiers, Johan Le Bon et Anthony Geslin, ce dernier étant troisième du Tour du Finistère la veille. Une semaine plus tard, Mickaël Delage gagne la Roue tourangelle au sprint et Benoît Vaugrenard termine onzième de Liège-Bastogne-Liège. L’équipe FDJ termine son mois d’avril par le Tour de Romandie. Thibaut Pinot, sixième du prologue, est cinquième du classement général à la veille de l’arrivée avant de rétrograder en douzième position à l’issue du contre-la-montre final.

Au début du mois de mai, l’équipe FDJ remporte quatre victoires grâce à Arnaud Démare lors des Quatre jours de Dunkerque : le classement général ainsi que les première, deuxième et troisième étapes au sprint. Le 4 mai, commence le premier grand tour de la saison, le Tour d’Italie. L’équipe FDJ pour ce Giro s’articule autour de Nacer Bouhanni, qui vise des victoires d’étapes, et d’Arnold Jeannesson en vue du classement général. Les autres coureurs de l’équipe sont Sandy Casar, qui ambitionne de terminer les trois grands tours de la saison en y gagnant à chaque fois une étape, Murilo Fischer, Johan Le Bon, Francis Mourey, Laurent Pichon, Anthony Roux et Dominique Rollin, qui remplace Jussi Veikkanen, initialement sélectionné mais qui doit être opéré des dents de sagesse. Durant la première semaine de course, FDJ est dix-neuvième du contre-la-montre par équipes, Nacer Bouhanni et Arnold Jeannesson se classent chacun dans les dix premiers d’étapes. Sandy Casar abandonne au terme de la troisième étape en raison d’une fracture du scaphoïde, ce qui met un terme à son objectif sur les grands tours pour cette saison. Jeannesson quitte ensuite le Giro durant la neuvième étape, Bouhanni l’imite à l’issue de la douzième étape qu’il termine en deuxième position derrière Mark Cavendish (Omega Pharma-Quick Step). La semaine suivante, Arnaud Démare obtient la deuxième place de la troisième étape du Tour de Bavière. Jérémy Roy prend ensuite la cinquième place du contre-la-montre et termine finalement quatrième. Pendant que se déroule la course bavaroise, Anthony Geslin est en France deuxième du Grand Prix de Plumelec-Morbihan derrière Samuel Dumoulin (AG2R La Mondiale), ce qui lui permet de devenir premier au classement provisoire de la Coupe de France, avant que Matthieu Ladagnous ne gagne les Boucles de l’Aulne. Enfin, en Italie, Francis Mourey, vingtième, est le premier coureur de l’équipe au classement final du Giro.

Le 9 juin, Alexandre Geniez, douzième, est le premier coureur FDJ lors du Critérium du Dauphiné. Le même jour, Thibaut Pinot termine troisième de la première étape de montagne du Tour de Suisse, prenant ainsi la cinquième place du classement général. Arnaud Démare gagne au sprint la quatrième étape de l’épreuve suisse avant d’être troisième le lendemain d’une étape qui voit Pinot gagner une place au classement général à la suite de l’abandon de Giovanni Visconti (Movistar). Quatrième également de la dernière étape de montagne, Pinot termine ce Tour de Suisse à la quatrième place du classement général à l’issue du contre-la-montre. La même semaine, Anthony Roux termine à trois reprises dans les cinq premiers des arrivées massives de la Route du Sud. FDJ enregistre la troisième place de Nacer Bouhanni à Halle-Ingooigem, dont il était tenant du titre, avant le début des championnats nationaux en Europe. Lors des championnats de France, Jérémy Roy et Johan Le Bon terminent respectivement deuxième et troisième du contre-la-montre derrière Sylvain Chavanel (Omega Pharma-Quick Step). Le 23 juin, Arthur Vichot est sacré champion de France sur route, devant Sylvain Chavanel et Tony Gallopin (RadioShack-Leopard), permettant à l’équipe FDJ de conserver le maillot tricolore en son sein. Une semaine plus tard, Jussi Veikkanen s’impose lors du championnat de Finlande sur route.

À la veille du Tour de France, la formation française est renommée en FDJ.fr et son maillot passe d’une dominante blanche à une dominante bleue. La sélection pour le Tour, annoncée à l’issue du championnat de France sur route, a comme leader Thibaut Pinot, avec Arnold Jeannesson et Alexandre Geniez comme équipiers pour les étapes de montagne. Nacer Bouhanni est attendu sur les arrivées groupées. Les autres coureurs de la formation française sont William Bonnet, Pierrick Fédrigo, Murilo Fischer, Jérémy Roy et Arthur Vichot. Après un début de course en Corse, l’équipe est quinzième du contre-la-montre par équipes de Nice remporté par Orica-GreenEDGE. Thibaut Pinot pointe alors à quarante-deux secondes du maillot jaune Simon Gerrans (Orica-GreenEDGE). FDJ.fr voit ensuite son sprinteur Nacer Bouhanni abandonner au cours de la sixième étape à la suite d’une chute la veille et d’une gastro-entérite. Lors de la première étape de montagne pyrénéenne, Thibaut Pinot est distancé dans la descente du Port de Pailhères et perd finalement six minutes sur Christopher Froome (Sky) à l’arrivée en haut d’Ax 3 Domaines. Le lendemain, à nouveau distancé, il finit dans un gruppetto à 25 minutes, perdant toute chance au classement général. Au sortir des Pyrénées, Pinot, premier coureur FDJ.fr, est 47e à plus de 31 minutes de Froome. Après la première journée de repos, William Bonnet est cinquième de la dixième étape pendant qu’Arnold Jeannesson devient le premier coureur de l’équipe au général avec sa 44e place. Le lendemain, Jérémy Roy obtient la huitième place du premier contre-la-montre individuel. Arthur Vichot figure ensuite dans la bonne échappée de la quatorzième étape mais ne peut faire mieux que huitième d’une étape gagnée par Matteo Trentin (Omega Pharma-Quick Step). Le lendemain, Pierrick Fédrigo et Jérémy Roy s’échappent mais sont repris dans les premières pentes du mont Ventoux, Arthur Vichot conclut cette deuxième semaine en 44e position. Atteint d’une angine dans cette deuxième semaine, Thibaut Pinot est non-partant au lendemain de la deuxième journée de repos. Dans cette troisième semaine, Arnold Jeannesson, troisième de la seizième étape et échappé dans la dix-huitième étape, ainsi qu’Alexandre Geniez, quatrième de la dix-neuvième étape, figurent aux avant-postes de la course malgré l’abandon de William Bonnet. À l’arrivée à Paris, où Jérémy Roy s’échappe brièvement, Arnold Jeannesson est le premier coureur de l’équipe au classement général avec sa 29e place.

Au lendemain du Tour de France, Anthony Geslin, deuxième de la première étape, termine finalement deuxième du Tour de Wallonie. Arnold Jeannesson est ensuite dixième de la Classique de Saint-Sébastien sur le World Tour. Olivier Le Gac, déjà membre de la fondation FDJ, intègre l’équipe professionnelle en tant que stagiaire le 1er août, en compagnie d’Alexis Guérin et Benoît Poitevin. Ce jour-là, en World Tour, Matthieu Ladagnous obtient la deuxième place de la cinquième étape du Tour de Pologne. Trois jours plus tard, Arnaud Démare remporte au sprint la London Ride Classic. Le 8 août, Anthony Roux prend la tête du Tour de Burgos après deux quatrièmes places dans les deux premières étapes. Deuxième de la troisième étape, Roux remporte ensuite la quatrième étape après le déclassement de Daniele Ratto (Cannondale) mais il perd la tête du classement général le dernier jour au profit de Nairo Quintana (Movistar) qui gagne la dernière étape disputée en montagne. Le 13 août, Arnaud Démare gagne la deuxième étape de l’Eneco Tour et en prend la tête jusqu’à la quatrième étape où il la cède à Lars Boom (Belkin) 1 liter glass bottle. Matthieu Ladagnous gagne ensuite la troisième étape du Tour du Limousin. Démare, tenant du titre de la Vattenfall Cyclassics, ne peut récidiver et se classe dixième le 25 août d’une course remportée par John Degenkolb (Argos-Shimano). Le même jour, Anthony Geslin perd la tête de la Coupe de France au profit de Bryan Coquard (Europcar), vainqueur de la Châteauroux Classic de l’Indre. La semaine suivante, Nacer Bouhanni remporte au sprint les trois premières étapes du Tour du Poitou-Charentes.

L’équipe FDJ.fr annonce sa composition pour le Tour d’Espagne le 13 août. Celle-ci est centrée autour de Thibaut Pinot, qui se prépare à la Vuelta en terminant sixième du Tour de l’Ain. Il est accompagné d’Arnaud Courteille, Kenny Elissonde, Alexandre Geniez, Laurent Mangel, Cédric Pineau, Anthony Roux, Geoffrey Soupe et Jussi Veikkanen. FDJ.fr commence cette Vuelta par une seizième place en contre-la-montre par équipes à 1 minute 25 secondes d’Astana. La première semaine de course est marquée par les échappées de Veikkanen et de Courteille lors des quatrième et cinquième étapes. Le 31 août, Thibaut Pinot est quatrième de la huitième étape, se classant alors treizième du classement général à 1 minute 37 secondes de Nicolas Roche (Saxo-Tinkoff).

Au début du mois de septembre, Sandy Casar, qui a fait toute sa carrière professionnelle dans l’équipe sous ses différentes appellations successives, annonce la fin de sa carrière. Sur le Tour d’Espagne, la dixième étape, qui marque le début de la haute montagne, voit Thibaut Pinot finir en sixième position et intégrer les dix premiers du classement général avec son huitième rang à 3 minutes 11 secondes de Christopher Horner (RadioShack-Leopard). Au lendemain de la journée de repos, Pinot conserve ce classement après le contre-la-montre. Dans les Pyrénées, Pinot devient septième du classement général au terme de la quatorzième étape marquée par l’apparition de la pluie et une chute de la température et où il profite de l’abandon d’Ivan Basso (Cannondale), atteint d’une hypothermie. Le lendemain, Alexandre Geniez, élu combatif du jour, gagne la quinzième étape à Peyragudes. Le même jour, FDJ.fr obtient une autre victoire grâce à Nacer Bouhanni qui s’impose au sprint lors du Grand Prix de Fourmies au lendemain d’une troisième place sur la Brussels Cycling Classic. À la veille de la deuxième journée de repos, Thibaut Pinot est septième du classement général à 4 minutes 37 secondes du maillot rouge Vincenzo Nibali (Astana). À la suite d’une bordure initiée par Saxo-Tinkoff, Pinot perd 1 minute 30 secondes sur les protagonistes du général lors de la dix-septième étape. Deux jours plus tard, le Français perd une place au général au profit de Leopold König (NetApp-Endura) à l’issue de la montée du Naranco dans la dix-neuvième étape. La montée de l’Alto de l’Angliru permet à Pinot de reprendre la septième place à König et voit Kenny Elissonde s’imposer au sommet. Finalement, Thibaut Pinot est septième de cette Vuelta à 8 minutes 41 secondes du vainqueur, Christopher Horner.

Parallèlement à la fin du Tour d’Espagne, sur le World Tour, Arthur Vichot est deuxième du Grand Prix cycliste de Québec derrière Robert Gesink (Belkin). Anthony Geslin reprend la première place de la Coupe de France à Bryan Coquard (Europcar) grâce à sa huitième place au Tour du Doubs. La semaine suivante, Laurent Mangel est quatrième du Grand Prix de la Somme puis Arnaud Démare gagne au sprint le Grand Prix d’Isbergues. Pour l’équipe

Brazil Away R.CARLOS 6 Jerseys

Brazil Away R.CARLOS 6 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

, cette course voit cependant Bryan Coquard reprendre la tête de la Coupe de France à Anthony Geslin. Nacer Bouhanni est ensuite deuxième derrière Marcel Kittel (Argos-Shimano) du Circuit du Houtland le 25 septembre.

Le 20 septembre, la sélection de l’équipe pour le contre-la-montre par équipes des championnats du monde de Florence est annoncée. Les six coureurs retenus sont Alexandre Geniez, Matthieu Ladagnous, Johan Le Bon, Yoann Offredo, Dominique Rollin et Jérémy Roy. FDJ.fr termine quinzième à 3 minutes 19 secondes d’Omega Pharma-Quick Step. Trois jours plus tard, Roy participe pour l’équipe de France au contre-la-montre individuel et en prend la vingt-neuvième place à 4 minutes 27 secondes du vainqueur allemand Tony Martin. Plusieurs coureurs de l’équipe participent à la course en ligne. Ainsi figurent Thibaut Pinot, Anthony Roux et Arthur Vichot pour la France, Murilo Fischer pour le Brésil et Jussi Veikkanen pour la Finlande. Alexandre Geniez est présent en équipe de France avant la course en tant que remplaçant. Le premier coureur de l’équipe est Arthur Vichot qui se classe dix-huitième. Après ces championnats du monde, Arnaud Démare obtient un podium sur la troisième étape de l’Eurométropole Tour puis Nacer Bouhanni remporte le Tour de Vendée, dernière manche de la Coupe de France, dont Anthony Geslin est troisième finalement et FDJ.fr gagnante du classement par équipes. Le même jour, Thibaut Pinot est douzième du Tour de Lombardie. La semaine suivante, Arnaud Démare est deuxième de Paris-Bourges puis troisième de Paris-Tours, deux courses gagnées au sprint par John Degenkolb (Argos-Shimano). FDJ.fr obtient au Tour de Pékin, dernière épreuve World Tour de l’année, deux succès par Nacer Bouhanni lors des deuxième et troisième étapes ainsi qu’une deuxième place du Français derrière Luka Mezgec (Argos-Shimano) sur la dernière étape. Johan Le Bon termine la saison sur route en étant cinquième du Chrono des Nations-Les Herbiers-Vendée. Au classement final du World Tour, l’équipe termine dix-septième du classement par équipes alors que le meilleur coureur en individuel est Thibaut Pinot, trente-troisième.

En cyclo-cross, Francis Mourey obtient deux deuxièmes places sur les épreuves de Baden le 15 septembre et de Dielsdorf le 6 octobre. Il obtient ensuite le 12 octobre une quatrième place lors du Grand Prix de la Région wallonne de Dottignies avant de remporter le lendemain la première manche du Challenge la France cycliste de cyclo-cross à Saint-Étienne-lès-Remiremont. Mourey termine octobre par une quatrième place à Tábor, lieu de la deuxième manche de la Coupe du monde de cyclo-cross puis une victoire dans l’épreuve de Steinmaur. Mourey gagne ensuite en novembre l’épreuve de Marle pour la septième fois d’affilée, les épreuves allemandes de Wiesbaden et de Lorsch, la deuxième manche du Challenge la France cycliste à Quelneuc puis obtient la deuxième place de l’étape de coupe du monde de Coxyde. Il est ensuite en décembre deuxième à Sion avant de gagner à Faè di Oderzo, à Namur sur le cyclo-cross de la Citadelle en coupe du monde, à Dagmersellen et à Flamanville, cette dernière victoire lui permettant d’être premier du Challenge la France cycliste.

L’effectif de l’équipe FDJ.fr pendant la saison 2013 est composé de 29 coureurs dont vingt-six Français, un Brésilien, un Canadien et un Finlandais. Le 1er août, les Français Olivier Le Gac, Alexis Guérin et Benoît Poitevin deviennent stagiaires au sein de la formation française.

FDJ.fr est dirigée par Marc Madiot. Cinq directeurs sportifs encadrent les coureurs : Marc Madiot, Yvon Madiot, Thierry Bricaud, Martial Gayant et Franck Pineau. Marc Madiot mène l’équipe depuis le lancement du projet de création de cette formation en 1996 et est manager sportif en plus du poste de directeur sportif. Yvon Madiot, frère de Marc, l’accompagne dans l’encadrement technique depuis le début. Il est particulièrement chargé de la formation et de la recherche de jeunes coureurs par l’intermédiaire de la fondation FDJ. Franck Pineau intègre l’équipe dirigée par Marc Madiot en août 2000. Il a comme particularité d’avoir parmi les coureurs de l’équipe son fils Cédric. Martial Gayant a été directeur sportif de l’équipe Saint-Quentin-Oktos en 1999 et 2000 avant de rejoindre la formation La Française des Jeux en 2001. Thierry Bricaud a été directeur sportif à la fin des années 1990 dans la formation Vendée U de Jean-René Bernaudeau puis a occupé la même fonction dans la formation Bonjour lors de sa fondation en 2000 par Bernaudeau. Bricaud a travaillé dans cette équipe jusqu’en 2004. Après avoir collaboré avec l’équipe de Marc Madiot sur le Critérium du Dauphiné libéré 2005, Bricaud intègre à plein temps l’encadrement de La Française des Jeux en 2006. Frédéric Guesdon, coureur de l’équipe de 1997 à 2012, intervient également ponctuellement comme directeur sportif à partir de Tirreno-Adriatico.

Au niveau médical, l’encadrement comprend plusieurs médecins. Olivier Laroche est spécialisé en nutrition. Gérard Guillaume est membre de l’encadrement depuis 1999. Salarié directement du sponsor, et non de l’équipe, son recrutement a été fait dans l’optique d’éviter les pratiques dopantes. Depuis, il est classé comme un médecin luttant contre le dopage dans le cyclisme. Yann Mossler complète cet encadrement. En plus de ces médecins, Denis Troch, ancien entraîneur d’équipe de football reconverti entraîneur mental d’abord en entreprise puis dans le milieu cycliste, prend en charge la préparation mentale depuis 2010.

Les entraîneurs sont Frédéric Grappe, Jacques Decrion et Julien Pinot. Julien Pinot, frère de Thibaut, poursuit parallèlement à son travail un doctorat en sciences du sport. Il intervient également ponctuellement comme directeur sportif. En dehors de FDJ.fr, Pinot entraîne d’autres coureurs comme Warren Barguil (Argos-Shimano). Jacques Decrion, coureur cycliste professionnel à la fin des années 1980, est chargé de l’entraînement d’une douzaine de coureurs de l’équipe. Il est également ponctuellement directeur sportif. Frédéric Grappe, titulaire d’un doctorat en biomécanique et physiologie de l’entraînement sportif, est entraîneur dans l’équipe de Marc Madiot depuis 2000. Au sein de la formation, il est conseiller technique pour les coureurs et s’occupe de dresser un profil de puissance personnalisé à chaque sportif. Il supervise également le travail de Julien Pinot et de Jacques Decrion et s’implique dans la détection de jeunes coureurs et le développement du matériel. Parallèlement à son travail dans l’équipe, il est enseignant-chercheur à l’université de Besançon et forme Julien Pinot.

Victorieuse à vingt-quatre reprises sur route en 2012, FDJ.fr obtient en 2013 trente-trois succès, ce qui en fait la sixième équipe World Tour ayant le plus gagné durant la saison ainsi que le record de victoires de l’équipe sur une saison depuis sa création. Nacer Bouhanni, avec onze victoires, et Arnaud Démare, neuf fois victorieux, sont les principaux pourvoyeurs de victoires de la formation.

Le Tour de France est un objectif raté par l’équipe FDJ.fr. Le chef de file pour le classement général, Thibaut Pinot, gêné de façon récurrente dans la saison par une peur dans les descentes de cols, est distancé de cette façon dès la première étape de montagne avant d’abandonner ensuite malade. Nacer Bouhanni, attendu dans les sprints, chute et abandonne également à la suite d’une maladie. À l’inverse, la structure française réussit son Tour d’Espagne qui est marqué par la septième place de Pinot et deux victoires d’étapes en montagne pour Alexandre Geniez et Kenny Elissonde. Sur les autres courses par étapes du World Tour, Pinot est également quatrième du Tour de Suisse et huitième du Tour de Catalogne, ce qui marque une progression pour lui malgré une absence de victoires.

Du côté, des sprints, Arnaud Démare et Nacer Bouhanni, auteurs de 60 % des victoires de FDJ.fr dans la saison, figurent parmi les meilleurs sprinteurs mondiaux et ont dominé à un moment donné dans la saison l’ensemble de leurs concurrents à l’exception de Mark Cavendish (Omega Pharma-Quick Step) et Marcel Kittel (Argos-Shimano). Néanmoins, ils sont attendus à des résultats supérieurs en 2014, notamment pour Démare.

Sur les courses d’un jour, la formation obtient des places d’honneur lors des classiques flandriennes grâce à Matthieu Ladagnous mais ne réussit pas à s’imposer malgré la présence de coureurs spécialistes de ces épreuves comme Yoann Offredo. Alors que les classiques sont décevantes, Arthur Vichot gagne de son côté le championnat de France sur route et obtient la deuxième place du Grand Prix cycliste de Québec en World Tour.

Si la plupart des résultats sont obtenus par des coureurs jeunes, les plus expérimentés ont eux déçu. Sandy Casar, blessé sur chute au Tour d’Italie, ne peut atteindre son objectif de terminer les trois grands tours. Pierrick Fédrigo n’a gagné que Paris-Camembert et d’autres coureurs comme Laurent Mangel ou Anthony Geslin ne remportent pas de victoire. Francis Mourey réussit le Tour d’Italie qu’il finit vingtième. En fin d’année, Mourey obtient plusieurs victoires en cyclo-cross dont une étape de Coupe du monde.

Marc Madiot, directeur de l’équipe, déclare en fin de saison qu’elle a rempli ses objectifs malgré la déception du Tour de France. Il met l’accent sur le nombre de coureurs différents ayant gagné une épreuve.

Les tableaux suivants représentent les résultats de l’équipe dans les principales courses du calendrier international (les cinq classiques majeures et les trois grands tours). Pour chaque épreuve est indiqué le meilleur coureur de l’équipe, son classement ainsi que les accessits glanés par FDJ.fr sur les courses de trois semaines.

FDJ.fr termine à la dix-septième place du World Tour avec 338 points. Ce total est obtenu par l’addition des points des cinq meilleurs coureurs de l’équipe au classement individuel que sont Thibaut Pinot, 33e avec 146 points, Matthieu Ladagnous, 67e avec 76 points, Arthur Vichot, 76e avec 60 points, Nacer Bouhanni, 98e avec 36 points, et Alexandre Geniez, 123e avec 20 points. Le championnat du monde du contre-la-montre par équipes terminé à la 15e place ne rapporte aucun point.

Sur les autres projets Wikimedia :

Texan Santa Fe Expedition

The Texan Santa Fe Expedition was a commercial and military expedition to secure the Republic of Texas’s claims to parts of Northern New Mexico for Texas in 1841. The expedition was unofficially initiated by the then President of Texas, Mirabeau B. Lamar, in an attempt to gain control over the lucrative Santa Fe Trail and further develop the trade links between Texas and New Mexico. The initiative was a major component of Lamar’s ambitious plan to turn the fledgling republic into a continental power, which the President believed had to be achieved as quickly as possible to stave off the growing movement demanding the annexation of Texas to the United States. Lamar’s administration had already started courting the New Mexicans, sending out a commissioner in 1840, and many Texans thought that they might be favorable to the idea of joining the Republic of Texas.

The expedition set out from Kenney’s Fort near Austin on June 19, 1841. The expedition included 21 ox-drawn wagons carrying merchandise estimated to be worth about $200,000. Among the men were merchants that were promised transportation and protection of their goods during the expedition, as well as commissioners William G. Cooke, Richard F. Brenham, José Antonio Navarro, and George Van Ness. Although officially a trading expedition, the Texas merchants and businessmen were accompanied by a military escort of some 320 men. The military escort was led by Hugh McCleod and included a company of artillery.

The journey to New Mexico during the summer was blighted by poor preparation and organization, sporadic Indian attacks, and a lack of supplies and fresh water. After losing their Mexican guide fitness fanny pack, the group struggled to find its way, with no one knowing how far away Santa Fe actually was. McCleod was eventually forced to split his force and sent out an advance guard to find a route.

The expedition finally arrived in New Mexico in mid-September 1841. Several of their scouts were captured, including Capt. William G. Lewis. Having expected to be welcomed on their arrival

Brazil Home PAULINHO 18 Jerseys

Brazil Home PAULINHO 18 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

, the expedition was surprised to be met by a detachment from the Mexican Army of about 1500 men sent out by the governor of New Mexico, Manuel Armijo. One of Armijo’s relatives who spoke English, probably Manuel Chaves or Mariano Chaves, parleyed with the Texans, with Captain Lewis supporting his statements. Both said that Armijo would give the Texans safe conduct and an escort to the border, and Lewis swore to it “on his Masonic faith”. After the Texans’ arduous journey, they were in no state to fight a force that outnumbered them so heavily, so they surrendered. The New Mexicans gave them some supplies.

However, the following morning, Armijo arrived with his army, had the Texans bound and treated harshly, and demanded the Texans be killed, putting the matter up to a vote of his officers. That night, the prisoners listened to the council debating the idea. By one vote, the council decided to spare the Texans. The latter were forced to march the 2,000 miles from Santa Fe to Mexico City. Over the winter of 1841-42, they were held as prisoners at the Perote Prison in the state of Veracruz, until United States diplomatic efforts secured their release.

After the surviving Texans were released on June 13, 1842, one of the prisoners, Robert D. Phillips, wrote to his father that: “Many of the men are waiting only for the party of a man named Cook to arrive so they may continue on to Vera Cruz and then to New Orleans. The men found their way to New Orleans on board various ships, among them the Henry Clay, which, according to the ship’s manifest, arrived in New Orleans on September 5, 1842, carrying 47 “Volunteers of the Texan Army Santa Fe Prisoners.”

Source: Ship’s Manifest fe Henry Clay, September 5, 1842:

Source Swore Statement Bexar County District Court Sept 23, 1874 (John) Christopher Trautz age 32, Capt J. S. Sutton’s Company A Regulars

Lewis was widely considered[by whom?] a traitor, but the options facing the Texans were stark, and standing and fighting would almost certainly have led to their annihilation. Furthermore, there is no information on whether Lewis or Chaves knew Armijo’s real intentions. For the rest of his life, Chaves vehemently insisted that he had personally acted in good faith in dealing with the Texans.

Already under serious criticism for his mishandling of the Texan economy, Lamar was widely held responsible for the disaster and the expedition further tarnished his presidency. More importantly, the episode offered clear and convincing proof that Texas did not have the resources to maintain even a tenuous control over its claimed western territories. In a state where the overwhelming majority of inhabitants were born in the United States, unenthusiastic at best with respect to Lamar’s ambitious expansionist agenda and skeptical of the very existence of a Texan national identity distinct from the U.S., such a fiasco was enough to convince many citizens to abandon whatever aspirations they had to maintain Texan independence, as they became convinced that a fledgling Republic effectively hemmed in at the Nueces River and constantly threatened with Mexican invasion could not realistically hope to be a viable country on its own. Whereas Lamar had openly boasted of plans to turn Texas into one of the continent’s great powers reusable glass, following the expedition Texans turned to Lamar’s predecessor, the Texas Revolution war hero Sam Houston who was the leading political figure advocating annexation to the United States. In 1845, Texas was admitted to the Union.

The annexation changed the ongoing border dispute from being a quarrel between Mexico and Texas to one involving Mexico and the United States. This (combined with controversy over Mexico’s treatment of Texan prisoners) helped to increase tensions between the United States and Mexico, leading up to the Mexican-American War.After Armijo surrendered Santa Fe to the U.S. Army without firing a shot, Chaves formally switched allegiance to the U.S.

The war ended in victory for the United States and gave the U.S. undisputed control of all of the lands that at this point were still claimed by the State of Texas. However, Texas faced stiff opposition from within the U.S. in its bid to actually administer these lands. This resistance came largely from other other Southern states, which wanted Texas’ western territorial claim carved into new slave states that would maintain the balance of power in the United States Senate.

As part of the wider Compromise of 1850 between slave states and free states, the Texan state government agreed to relinquish its northwestern-most territorial claims, including the Santa Fe region that had been the focus of Lamar’s expedition. In return, the federal government agreed to assume responsibility for Texan state debts. Texas was left in control of its present boundaries, which was still an area around twice the size of the territory it had ever effectively controlled as a Republic. Most of the remaining lands were organized into the New Mexico Territory while the northernmost strip remained unorganized. Armijo, who returned to New Mexico after the war, died there in 1853.

The final disposition of these regions was not settled prior to the outbreak of the American Civil War in 1861, during which the Confederacy attempted to establish its own control of the region based in part on the old Texan claims. The conflict placed Chaves and the Texans on opposing sides once more, as Chaves remained loyal to the Union. Texan units fighting under the Confederate banner would play a major role in the Confederates’ unsuccessful attempt to control present-day New Mexico, while Chaves himself played a key role in the decisive Battle of Glorieta Pass.

A Texas Ranger is mentioned as being a “Santa Fe expeditioner” in The Lone Ranch: A Tale of the Staked Plain (1860) by Capt. Thomas Mayne Reid, having “spent over twelve months in Mexican prisons.” The expedition also forms the backdrop to Larry McMurtry’s 1995 novel Dead Man’s Walk – and the 1996 TV miniseries – which is part of the Lonesome Dove series.

Pīryakh (berg i Afghanistan)

Pīryakh är ett berg i Afghanistan. Det ligger i provinsen Baghlan, i den nordöstra delen av landet waterproof smartphone cover, 170 kilometer norr om huvudstaden Kabul. Toppen på Pīryakh är 4 514 meter över havet, eller 267 meter över den omgivande terrängen. Bredden vid basen är 1,9 km.

Terrängen runt Pīryakh är huvudsakligen bergig, men åt sydost är den kuperad. Den högsta punkten i närheten är 5&nbsp funtainer drink bottle;418 meter över havet, 17,4 kilometer öster om Pīryakh. Runt Pīryakh är det ganska glesbefolkat, med 23 invånare per kvadratkilometer reusable bottles for water.. I trakten runt Pīryakh finns ovanligt många namngivna berg.

Trakten runt Pīryakh består i huvudsak av gräsmarker. Inlandsklimat råder i trakten. Årsmedeltemperaturen i trakten är 2 °C. Den varmaste månaden är augusti best travel water bottle, då medeltemperaturen är 16 °C, och den kallaste är januari, med -13 °C. Genomsnittlig årsnederbörd är 788 millimeter. Den regnigaste månaden är mars, med i genomsnitt 196 mm nederbörd, och den torraste är augusti, med 10 mm nederbörd.

Phymaturus punae

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations du projet herpétologie.

Nom binominal

Phymaturus punae
Cei, Etheridge & Videla, 1985

Statut de conservation UICN

( LC ) Real Madrid Club de Fútbol Home KROOS 8 Jerseys

Real Madrid Club de Fútbol Home KROOS 8 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

.svg/366px-Status_iucn3.1_LC-fr

United States Away JONES 13 Jerseys

United States Away JONES 13 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

.svg.png 1.5x, //upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/0/01/Status_iucn3.1_LC-fr.svg/488px-Status_iucn3

Colombia 2016 Home ANY NAME 00 Jerseys

Colombia 2016 Home ANY NAME 00 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

.1_LC-fr.svg.png 2x” data-file-width=”240″ data-file-height=”64″>
LC  : Préoccupation mineure

Phymaturus punae est une espèce de sauriens de la famille des Liolaemidae.

Cette espèce est endémique de la province de San Juan en Argentine. On la trouve entre 3400 et 4 300 m d’altitude. Elle vit dans les zones rocheuses de la puna.

C’est un saurien vivipare.